• Voilà maintenant quelques années que je m'intéresse à l'enseignement multisensoriel et que je mets en place des activités permettant aux élèves qui croisent mon chemin d'observer, écouter ,toucher, sentir, goûter, ressentir avec tout leur corps... quelque soi le sujet abordé (maths, lecture, écriture..). On gagne drôlement en efficacité au niveau de la motivation, de la mémorisation etc.

    C'est donc avec une grande joie que j'ai découvert l'année dernière que Monique Conscience (rien que son nom est un vrai bonheur, non ?) avait sorti une nouvelle série de jeux de cartes.

    Pour un apprentissage multisensoriel de la lecture : Boom je lis !

    C'est l'auteure des jeux de la clé des sons, anciennement édités par Accès éditions (mais plus dispo). J'avais déjà beaucoup utilisé ces cartes. Les nouvelles cartes reprennent les mêmes principes, mais sans les inconvénients (je trouvais les cartes un peu trop grandes, avec trop d'infos, pas assez visuelles...)

    Bref, voici le principe : Mémoriser les correspondances entre les lettres et les sons, de manière ludique... et surtout multisensorielle !

    Des cartes super bien faites, qui permettent de faire tout un tas de jeux (tous bien expliqués dans les règles et les nombreuses  vidéos présentes sur le site)

    Les cartes vont par paire :

    Pour un apprentissage multisensoriel de la lecture : Boom je lis !

    Des cartes qui permettent vraiment un apprentissage multisensoriel parce que :

    - VISUELLES : grâce à l'illustration, simple et efficace, incluant la lettre étudiée. Ca fait un peu penser aux alphas mais j'aime le côté concret qui évite que certains élèves s'engouffrent trop dans l'imaginaire... pour parfois s'y perdre.

    - AUDITIVES : On incite l'enfant à produire le son en même temps qu'il voit et trace la lettre. Le côté simultané est à mon sens primordial pour faire l'association forme de la lettre / son qu'elle fait / tracé de la lettre.

    - TACTILES : On incite l'enfant à tracer la lettre du bout du doigt. Là on pense aux lettres rugueuses Montessori... mais en version enrichie par les autres modalités sensorielles. L'absence de rugosité n'a pas du tout semblé manquer à mes petits élèves. 

    - KINESTHESIQUE : On incite l'enfant à ressentir ce que fait le son dans sa bouche. Comment se placent les dents, la langue, les lèvres... si ça vibre ou pas dans la gorge etc. Outil très utilisé par nos amis orthophonistes, mais très très peu à l'école. Dommage. Certains enfants ont besoin de ça pour différencier les sons. Ca permet souvent d'éviter bon nombre de confusions : m/n b/d ou, comme ici f/v :

    Pour un apprentissage multisensoriel de la lecture : Boom je lis !

     

    Ca se ressemble parce que les dents sont posées sur la lèvre du bas ("Ouf ! Si je confond, c'est pas que je suis bête, c'est parce que ça se ressemble beaucoup !") mais pour le v ça chante dans la gorge, alors que pour le f ça souffle. On fait des essais, on se concentre sur ce qu'on ressent, on essaye avec différentes syllabes, différents mots...

    - J'enrichi parfois en amenant des éléments / objets complémentaires. Une vrai fleur bien parfumée quand on parle du f, pour le côté OLFACTIF par exemple. Ou alors des petits objets issus de mes tiroirs à p'tits bidules (un chat, un zèbre, un mouton ...) pour pouvoir manipuler en 3D.

    Pour un apprentissage multisensoriel de la lecture : Boom je lis !

    Ca permet d'offrir à mes petits élèves une expérience qui sort de l'ordinaire et qui marque les esprits. Parce que la dimension affective et émotionnelle est aussi très importante. 

    - Au début de mon utilisation du jeu, je me suis demandé pourquoi faire tracer aux élèves des lettres en script alors que "dans la vraie vie" on écrit toujours en cursive. Monique Conscience m'a gentiment répondu (Vous pouvez retrouver sa réponse sur le site de Boom je lis. Les élèves avec lesquels je travaille sont généralement confrontés à l'écriture cursive au quotidien, dans leur classe. J'ai donc imaginé un prolongement au travail avec les cartes de Boom je lis.

    Pour un apprentissage multisensoriel de la lecture : Boom je lis !

     

    J'ai découpé des feuilles transparentes à couverture au format des cartes, en ajoutant de la marge en dessous pour que les lettres  descendantes aient de la place.

    Je superpose mon transparent sur la carte et je trace les lettres cursives sur les lettres en script de la carte au feutre effaçable à sec (J'ai des Maxiflo à encre liquide qui peuvent être réamorcés en pompant au bout... un peu le principe des Posca. Du coup ils ne sèchent pas, les couleurs restent vives. Ils sont super.)

    En même temps je verbalise ("Un grand trait qui moooonte, je fais une grande boucle, je descend etc.").

    On observe les ressemblances, les différences, on cherche pourquoi telle ou telle modification (Généralement pour rendre possible l'accroche entre deux lettres). J'ai repris le principe du petit carnet que j'avais créé il y a quelques années.

    Pour un apprentissage multisensoriel de la lecture : Boom je lis !

    Et généralement les élèves ne tardent pas à me demander le feutre pour essayer par eux-même.

    Bref, Boom je lis c'est un super outil pour les élèves en difficulté, pour les élèves dyslexiques ou pour les autres ! Dans le cadre du RASED, chez l'orthophoniste, à la maison, en APC ou en classe !

    Un paquet avec les sons qui durent : les voyelles et consonnes longues (niveau 1) :

    Pour un apprentissage multisensoriel de la lecture : Boom je lis !

    Un paquet avec les sons qui explosent : les consonnes courtes, plus difficiles (niveau 2)

    Pour un apprentissage multisensoriel de la lecture : Boom je lis !

    J'attends avec impatience le troisième paquet avec les sons complexes !

    On peut les acheter (15€ le paquet, pas cher ! ;) ) :

    - Soit directement sur le site Boom je lis ! (Où on trouve aussi plein d'infos complémentaires, des vidéos, des jeux etc)

    Pour un apprentissage multisensoriel de la lecture : Boom je lis !

     

    Sur le super site Hop Toys qui vend du matériel pour les enfants en situation de handicap (ou pas !). On y trouve vraiment du super matos qu'on ne voit pas souvent ailleurs. 

    Pour un apprentissage multisensoriel de la lecture : Boom je lis !

     

    - Ou chez Mot à Mot, une autre boutique très chouette pour les orthophonistes (et les autres !). On y trouve d'ailleurs tout un tas d'autres jeux vraiment bien faits et pas trop chers.

    Pour un apprentissage multisensoriel de la lecture : Boom je lis !

     

     

    Et vous ? Vous utilisez Boom je lis ? Vous faites quoi avec ?

    Pin It

    votre commentaire
  • En discutant avec les enfants diagnostiqués dyslexiques que je côtoie, je me suis rendu compte qu'ils étaient souvent conscients de leur points faibles (j'ai du mal à lire/écrire, j'inverse des lettres, je confonds des lettres...) mais très rarement de leurs points forts. Parce oui, il y en a... et plein !

     

    Dyslexiques et bourrés de talents !

     

    Après une énième discussion avec un petit garçon de 9 ans tout dépité par le diagnostic tombé l'année précédente ("Je suis nul, je n'arriverai jamais à rien, qu'est-ce que je vais devenir plus tard ?, je n'arrive même pas à lire une phrase, je pourrai jamais avoir un métier..."), j'ai cherché un moyen de rebooster son estime de soi. Je lui ai rapidement parlé de mon beau-frère présumé dyslexique et sapeur-pompier mais il ne semblait pas franchement convaincu...

    J'ai donc décidé de créer deux documents :

    - Un avec les qualités/atouts souvent observés chez les personnes dyslexiques :

     

    Dyslexiques et bourrés de talents !  

    Télécharger « Les superpouvoirs des dyslexiques.pdf »

     

    - Un second document recensant les dyslexiques célèbres, parce que pour un enfant c'est parlant et valorisant. 

    Certes, sur internet on trouve de tout et de n'importe quoi. Comment être sûr que ces célébrités sont (ont été) réellement dyslexiques ? Surtout pour des personnes ayant vécu à des époques où on ne parlait pas encore du tout de dyslexie (Ex : Beethoven). Si la dyslexie pouvait se dépister à partir d'écrits du quotidien ça se saurait, non ?

    Bref, à la limite, peu importe... j'ai sélectionné les cas les plus probables à mon sens, et surtout ceux susceptibles d'être connus par des enfants. Et par honnête intellectuelle, j'ai expliqué mes réserves à mon petit élève. (Ça ne l'a pas perturbé le moins du monde !)

     

    Dyslexiques et bourrés de talents !

    Télécharger « Maitresseuh - Dylexiques celebres.pdf »

     

    A imprimer en A4 ou en A3, à conserver, à diffuser, à afficher...

    Mon élève est ressorti de notre séance de travail le sourire aux lèvres et avec des étoiles dans les yeux, bien décidé à en reparler à la maison avec son papa dyslexique afin de découvrir quels étaient ses superpouvoirs à lui. Un grand bol de confiance en soi, ça ne se refuse pas !

     

    Dans le livre "Mon enfant est dyslexique" on retrouve une citation qui résume bien l'idée :  

     

    Dyslexiques et bourrés de talents !

     

    Mon enfant est dyslexique - Concrètement, que faire ? - Anne-Marie Montarnal

     

     Pour créer mes documents, je me suis aussi appuyée sur plusieurs lectures :

     

    - Un mémoire : Réflexions sur le devenir professionnel des personnes dyslexiques - Flore de FOUCHIER

    - Deux livres :

     

     Le don de dyslexie : Et si ceux qui n'arrivent pas à lire étaient en fait très intelligents - Ronald D. Davis - Eldon-M Braun

     

     

     

    Adultes dyslexiques d'Anne-Marie MONTARNAL

     

    - Un article du blog Les Plaisirs d'apprendre : Pourquoi les entreprises recherchent-elles des personnes dyslexiques ?

     

    Et vous, quels sont les superpouvoirs des dyslexiques qui vous entourent ?

    Pin It

    12 commentaires
  • J'ai été sollicitée cette année par une collègue qui s'est retrouvée face à des problèmes de harcèlement scolaire dans sa classe de cycle 3.

    Après mobilisation d'une bonne partie de l'équipe de circonscription (Inspecteur, conseiller pédagogique, psychologue scolaire...) et avec l'aide de l'analyse de chacun, un constat commun : Les élèves qui prennent part au harcèlement (de manière active ou en tant que témoins qui ne réagissent pas) ont globalement du mal à penser par eux-même, à avoir leur propre opinion.

    Aider les enfants à penser par eux-même : ateliers philo

    Ces élèves collent généralement aux croyances ou pensées de leur entourage (famille, amis...) et se retrouvent vite sous l'influence des autres, qu'elle soit bonne ou mauvaise.

     

    On a donc décidé de mettre en place des ateliers philo dans cette classe. Nous avons commencé avec des thèmes assez larges : la liberté, la différence etc. Puis des questions plus ciblées, par exemple à partir de cette case de BD :

    Aider les enfants à penser par eux-même : ateliers philo

    Premières séances, premier constat : les principaux leader niveau harcèlement n'ont pas ouvert la bouche. Pas d'avis propre sur la question, pas envie de s'engager dans une telle réflexion. On avait donc plutôt bien visé.

    Les élèves victimes de harcèlement ont pu exprimer leur opinions sur des sujets divers et variés et ont apprécié de se rendre compte que leurs avis était souvent partagé par d'autres, que leur parole avait de la valeur.

    Voici le dossier que j'ai constitué pour travailler avec ma collègue, il contient les objectifs des ateliers mis en place, la manière dont la philo a été présentée au élèves, le déroulement des séances, le rôle des adultes encadrants, des idées de variantes et de thèmes, et enfin une sitographie/bibliographie :

    Aider les enfants à penser par eux-même : ateliers philo

    Télécharger « Maîtresseuh - Projet ateliers philo.pdf »

    Et quelques documents annexes :

    - Une grille d'observation à destination de l'enseignant (Quelle chance d'avoir l'opportunité d'observer sa classe de temps en temps... et riche d'enseignement en général) A imprimer (ou photocopier) en A3 de préférence.

    Aider les enfants à penser par eux-même : ateliers philo

    Télécharger « Maîtresseuh - Grille d'observation ateliers philo.pdf »

    - Et un questionnaire à destination des élèves :

    Aider les enfants à penser par eux-même : ateliers philo

    Télécharger « Maîtresseuh - Questionnaire élève mi parcours ateliers philo.pdf »

    Je me suis beaucoup appuyée sur un de mes anciens projets, qui avait été mené dans une classe de CM2 il y a plusieurs années avec l'aide et l'expérience d'une de mes collègues maître E.

    J'ai complété avec les apports de "Préparer et animer des ateliers philo de la MS au CE1 - Isabelle Pouyau" de chez Retz, que je me suis procuré depuis (Je le recommande, il est vraiment bien fait, avec plein d'idées concrètes):

    Aider les enfants à penser par eux-même : ateliers philo

    Une fois mon projet bien entamé, je me suis rendu compte qu'il existait, toujours chez Retz, un ouvrage plus adapté au cycle 3.

    Je l'ai eu entre les mains depuis (Merci Monsieur Retz !) : il est bien différent du premier (pas les mêmes auteurs), les mécanismes de fonctionnement ne sont pas les mêmes et il y a de quoi diversifier encore sa pratique et l'adapter aux besoins de la classe (pour travailler le langage oral par exemple). Je le garde précieusement pour une prochaine fois. "Pratiquer le débat-philo à l'école - Patrick Tharrault - Retz"

    Aider les enfants à penser par eux-même : ateliers philo

     

    Ces deux ouvrages ont été réactualisés pour les nouveaux programmes de 2016. Rien de bien nouveau je pense, si ce n'est que l'importance des débat philo y est réaffirmée, et ça, c'est drôlement bien !

    D'autres solution pour faire face au harcèlement scolaire dans un de mes anciens articles : Aider les enfants victime de harcèlement scolaire

    Aider les enfants à penser par eux-même : ateliers philo

     

    Et vous, ça philosophe dans vos classes ?

    Pin It

    5 commentaires
  •  

    Aider les enfants qui ne veulent pas grandir à entrer dans la lecture

     

    Lire c'est grandir

    J'ai peur de grandir

    Donc j'ai peur de lire...

    Et je n'ose pas me lancer dans cette grande aventure.

     

     

    J'ai déjà croisé plusieurs élèves dans ce cas sur mon chemin.

     

    Le constat vient parfois des parents. D'autres fois, je m'en rends compte au travers de discussions avec l'enfant... et les parents confirment après. Je suis la championne des questions saugrenues :) Par exemple :

    - "Si j'étais une fée avec une baguette magique et que je pouvais te transformer en animal. Tu choisirais quoi ?" Les réponses du style "Un bébé chien" ou "un tout petit chaton" me mettent la puce à l'oreille.

    - "Tu préfères ta classe de cette année ou celle de l'année dernière ?". J'ai parfois des réponses du genre "A la maternelle c'était mieux, on jouait tout le temps, y'avait pas de travail" (Je sais que ce n'est pas vrai hein, les collègues de maternelle ! ;) )

    - "Si c'était possible, tu préférerais redevenir un bébé, rester comme tu es ou devenir tout de suite un papa / une maman ou un grand-père / une grand-mère ?" 

     Aider les enfants qui ont peur de grandir à entrer dans la lecture

    Parfois ce désir de redevenir un bébé se retrouve dans les dessins libres des enfants. (Lien vers le site du Dr Daniel Haué, plus d'infos plus bas)

    Je me souviens notamment d'une petite fille de 7 ans qui, avec l'accompagnement de tout son entourage (parents, enseignants... et moi) a réussi à dépasser le problème au moment de l'arrivée d'un petit frère. Devenir grande prenait alors tout son sens, pour s'occuper de lui... et lui lire des histoires ! Mon projet d'aide a été simple : arriver à lire une histoire, une vraie, dans un vrai livre, toute seule.... Après quelques semaines de travail, elle était prête. Elle était capable de lire une histoire, seule. Elle a amoureusement emmené le 1er recueil de textes progressifs  des alphas, (avec des sons simples uniquement) pour le lire à son petit frère. Grand moment. Et des progrès fulgurants en classe.

    Après discussion avec une maman la semaine dernière, j'ai déniché un livre traitant de ce sujet là, pour des élèves un peu plus grands. Accéder à une lecture autonome c'est accepter de se détacher de maman...

    J'ai peur de savoir lire - Olivier de Sominihac

    Changer, devoir, compter, jouer, s’élancer, persévérer, délaisser, partir, parler, grandir : en dix chapitres, Olivier de Solminihac nous invite à suivre Stéphane. En troisième année d’école primaire, le petit garçon devrait savoir lire « tout seul ». Les apprentissages de base sont finis et normalement, les enfants découvrent les plaisirs de la lecture autonome. On sait que ce n’est pas le cas tout le temps, ni pour tous les enfants. Stéphane, au sein de sa classe, entre Sofia et Georges-Louis, les bons élèves, ou Hamadou qui fait rêver en récitant, ne se sent pas à la hauteur. Le jour de la rentrée, alors qu’il est épaulé par sa maman qui met tout en œuvre pour l’aider, il est inquiet. Dès les premières mauvaises notes, il éprouve sa difficulté dans le regard de sa maman. Ce lien très fort, mère-fils, mesure et dépasse le problème puisque la maman avec intelligence et sensibilité propose des mises en jeu de l’apprentissage. Jeux de découverte du monde, lectures alternées, l’auteur par le biais de cette mère aimante donne à tous quelques pistes d’aide. Très pédagogiquement, il met dans la bouche de Stéphane, quelques difficultés connues de l’entrée en lecture : confusion des lettres Girafe et Carafe, perte du sens et à travers le personnage de la maman, il ouvre des solutions.

     

    Enfin, j'ai trouvé des documents intéressants sur "le syndrome de Peter Pan chez l'enfant" sur le site du Dr Daniel Haué, pédopsychiatre à Compiègne. Le syndrôme de Peter Pan n'est pas un syndrome reconnu en psychologie clinique. Il a été introduit par un psychanalyste, Dan Kiley, et pour les ados et adultes uniquement à la base. Le Dr Daniel Haué nous parle lui, des enfants qui pourraient également être concernés.

    Chacun se fera sa propre idée sur la pertinence ou non du concept.

    Cependant dans ces documents il y a vraiment des informations et des propositions d'aide intéressantes pour ces enfants qui ne veulent pas grandir. Il mérite, je pense, qu'on s'y penche. 

     Bon, le but n'est pas de s'inventer psychologue. Mais je pense que le fait de prendre conscience du problème et de mettre en place certaines petites astuces suffit parfois à débloquer la situation. Si ne n'est pas le cas, il peut s'avérer utile de consulter.

     

    Si vous avez d'autres informations ou documents à proposer sur ce sujet, ça m'intéresse !

    Pin It

    6 commentaires
  •   

     Aider les élèves en phonologie : les tiroirs à bidules !

      

    Le principe

    Des tiroirs à vis étiquetés avec les lettres de l'alphabet. Ils contiennent des lettres magnétiques, des figurines des alphas et des p'tits bidules en tous genres (p'tits jouets, p'tites figurines ou p'tits objets du quotidien)

    Aider les élèves en phonologie : les tiroirs à bidules !

    Le contenu des tiroirs

    Aider les élèves en phonologie : les tiroirs à bidules !  Aider les élèves en phonologie : les tiroirs à bidules !

     

    - Mes lettres magnétiques viennent d'un vide-grenier. Pas de lettres en script minuscules, ça manque je trouve... 

        
       

    - Les figurines des alphas ne sont pas sur les photos qui ont été prises avant qu'un élève ne me souffle l'idée de les ajouter. Très bonne idée, ça ajoute vraiment un gros plus au truc !

    - Les petits objets ont été collectés chez moi... et les élèves des écoles de mon secteur m'ont bien aidé également. Pensez au Playmobil, il y a généralement un paquet de p'tits accessoires que les enfants n'utilisent pas spécialement. Je n'ai rien acheté exprès mais si on veut aller plus vite, l'achat de quelques petites figurines peut aider.

        

    Liste de mes bidules pour vous donner des idées : 

    Aider les élèves en phonologie : les tiroirs à bidules !

    Télécharger « Liste des petits bidules.pdf »

     

     

    Le rangement

    Pour le contenant, le mien vient du magasin de brico du coin, mais on en trouve de toutes sortes sur Amazon (je vous laisse vérifier les dimensions) :

       

     

     Et si on ne veut pas s'embêter à récolter tout ça ?

     

    On achète les petits pots phoniques de chez Hoptyos, tous bien rangés dans une belle valisette

     

    Qu'est-ce qu'on fait avec ?

     

    - On peut laisser les p'tits tiroirs en utilisation libre.

    - On peut proposer aux élèves de sortir sur un petit tapis les bidules qui commencent par le son ........... Ils cherchent le bon tiroir, sortent les lettres qu'ils disposent en haut du tapis puis les bidules qu'ils savent nommer (On peut introduire des pièges dans les tiroirs par la suite ;) )

    Pour un apprentissage réellement multisensoriel, je leur demande de prononcer le mot correspondant au bidule quand ils le posent, en accentuant bien le son concerné. Par exemple : "AAAAAAAnanas, AAAAAAvion ...". On touche, on voit, on entend... on apprend !

    Toute la démarche est très bien expliquée sur le blog de Montessori Val d'Or.

     

    Aider les élèves en phonologie : les tiroirs à bidules !    Aider les élèves en phonologie : les tiroirs à bidules !   Aider les élèves en phonologie : les tiroirs à bidules !  

    Aider les élèves en phonologie : les tiroirs à bidules !  Aider les élèves en phonologie : les tiroirs à bidules !  Aider les élèves en phonologie : les tiroirs à bidules !  

    Aider les élèves en phonologie : les tiroirs à bidules !  Aider les élèves en phonologie : les tiroirs à bidules !  Aider les élèves en phonologie : les tiroirs à bidules !  

    - On peut travailler sur les confusions de sons proches : On verse le contenu des tiroirs (t et d par exemple) dans une corbeille, il s'agit de les ranger dans les bons tiroirs.

    - Tous les activités de phono habituelles peuvent être faites avec ce matériel : tri en fonction du nombre de syllabe, des sons entendus etc.

    - On utilise souvent de petits objets dans la pédagogie Montessori, par exemple dans le jeu sur l'analyse des sons ou le jeu Je devine

    - On peut ensuite aborder l'encodage ou la lecture en sélectionnant bien les objets. C'est le principe des boîtes de lecture Montessori. Le principe est bien expliqué dans cet ouvrage :

    L'intérêt de ce matériel c'est qui permet à l'enfant de faire l'association entre le mot et l'objet.

    - Enfin, voici un projet de phonologie que j'ai mené en fin de GS. Ce travail peut se faire en classe, en atelier, dans le cadre des APC, du RASED ou à la maison... pour bien préparer l'entrée dans la lecture

    L'objectif : rendre la phonologie "visible et tangible", faire le lien entre ce qu'on entend et ce qu'on voit.

    Parce que certains enfants ne font pas le lien entre le travail phonologique (s'il se fait uniquement à l'oral) et l'entrée dans la lecture/écriture. C'est tout de même dommage je trouve. 

    Bref aperçu en images :

    1. On sort un petit bidule. Je demande aux enfants de me donner un feutre par syllabe. (En général la segmentation en syllabes est acquise... si c'est encore incertain le fait de taper l'objet sur la table en prononçant les syllabes en a aidé plus d'un ;) )

    Aider les élèves en phonologie : les tiroirs à bidules !

     

    2. "Je prends le 1er feutre, le rouge. J'écris quoi avec celui-là ?" "DIIII" ! Si j'ai de la chance ils me disent même que c'est comme Dina, leur copine de classe donc D - A . Ensuite je passe aux feutres (donc syllabes suivants)

    Aider les élèves en phonologie : les tiroirs à bidules !

     

    Puis on se fait des collections d'étiquettes-mots, on repère les syllabes semblables : "On voit pareil et on entend pareil :" (ça rime si c'est à la fin des mots !). S'ils commencent à associer lettres (ou syllabes) et sons, on essaye de replacer les étiquettes à côtés des bons bidules...

     

    Quand ils maîtrisent bien cette étape, on essaye de faire des phrases. Chacun choisi un bidule et on essaye de faire une phrase avec (parfois farfelue, c'est ça qu'est marrant !).

     

    1. On se met d'accord sur la phrase (Ici : La tortue joue du xylophone) et on sort une étiquette par mot (pas toujours facile au début)

    Aider les élèves en phonologie : les tiroirs à bidules !

     

    2. On écrit les mots correspondant aux bidules avec la technique expliquée précédemment

    Aider les élèves en phonologie : les tiroirs à bidules !

     3. Les élèves "relisent" la phrase en pointant chaque étiquette du doigt dans le bon timing. On mémorise le vocabulaire approprié (phrase, mot, syllabe etc.) : on en aura besoin pour la suite des apprentissages. On fait bien la différence entre la segmentation du mot en syllabes et de la phrase en mots.

    Pour plus d'infos, vous pouvez télécharger mon projet complet (Doc de travail perso donc pas toujours parfaitement rédigé et avec des trucs laissés en suspend) :

    Aider les élèves en phonologie : les tiroirs à bidules !

    Télécharger « Maitresseuh - Phonologie GS - J'entends ce que je vois - je vois ce que j'entends.pdf »

     Le tableau de progrès évoqué dans le projet se trouve ici : http://maitresseuh.eklablog.com/tableau-de-progres-a106274560

     

     Et vous ? Vous utilisez les p'tits bidules ? Comment ?

    Pin It

    16 commentaires
  • Pour les élèves qui n'entrent pas dans les exercices de lecture traditionnels,

    Pour ceux qui lisent au kilomètre sans rien comprendre,

    Ou pour ceux qui n'utilisent pas des stratégies efficaces pour comprendre (relecture, prise en compte des connecteurs logiques, recherche des mots dont le sens est inconnu...)

    Aider les élèves qui ne trouvent pas d'intérêt à la lecture : Lire pour faire

    Mes critères pour choisir les supports écrits 

     

    Ils doivent susciter la motivation des élèves mais aussi permettre de développer leur autonomie face à la lecture :

    - Faciliter l’autocontrôle : Si j'ai réussi à construire/jouer avec/exécuter... le bidule en question, c'est réussi. Il faut donc une réalisation finale.

    - Laisser le droit à l'erreur et induire l’autocorrection : l’élève doit avoir la possibilité de se tromper, de s'en rendre compte, de chercher son erreur et de recommencer autrement.

    Tout au long du travail, j'insiste surtout sur l’utilisation de stratégies efficaces pour accéder à la compréhension (relecture, prise en compte des connecteurs logiques, recherche des mots dont le sens est inconnu...). Plus d'infos là-dessus en fin d'article.

     

    Voici donc mes idées de support à moi (avec l'aide des éditions Usborn ... merci !). Mais je vous fait confiance pour en trouver plein d'autres :

     

    Lire pour cuisiner

     

    Cuisiner c'est motivant. Cuisiner des bonbons, ça l'est encore plus. Et puis il y a aussi des instructions pour confectionner des petites boites, sachets etc.

    Léger inconvénient : ça peut faire mal au cœur de laisser faire les "ratés". Mais d'un autre côté, les ingrédients sont souvent peu nombreux, peu chers, en petites quantité (Exemple : 18 bonbons durs et 6 bâtonnets de sucettes pour faire les sucettes tricolores)... et ça peut devenir vraiment intéressant quand ça rate justement... toujours pour l'exemple des sucettes :

    - "Oh flûte ! Elles sont collées à la plaque !" : on va chercher pourquoi... dans l'étape 1 ils disaient de tapisser la plaque. "On savait pas ce que c'était alors on l'a pas fait !"... il n'y avait pas un indice ? "Ils ont écrits entre parenthèses : Voir page 5... oh ! Il faut aller voir à une autre page pour savoir !"

    - "Oh flûte ! Ça s'est tout étalé, c'est devenu tout marron et tout dur !" "On a peut être trop cuit ?" "Mais c'était marqué 6 à 8 minutes ! C'est ce qu'on a fait !" Après relecture : "Ils disent OU BIEN jusqu'à ce que les bonbons soient tout juste fondus... on n'avait pas lu jusqu'au bout" --> Mise en évidence d'une stratégie essentielle : Pour comprendre je dois lire jusqu'au bout.

    - "On n'arrive pas à mettre les bâtonnets" Après relecture : "Mince... on n'a pas fait attention au mot IMMÉDIATEMENT... ça veut dire quoi ?" --> Une autre stratégie à retenir : Chaque mot à son importance

    Bonbons et friandises,  Abigail Wheatley, éditions Usborn

    Des instructions simples, étape par étape, montrent comment confectionner de délicieuses gourmandises aussi variées que les bonbons à la crème de menthe ou les souris en pâte d'amande. Aucune des recettes ne fait appel à des techniques dangereuses (faire bouillir du sucre, par exemple) ; elles sont donc adaptées aux jeunes confiseurs. Elles ont aussi été rigoureusement testées : succès garanti à chaque fois ! Une mine d'idées de cadeaux faits maison, sans oublier des conseils pour présenter joliment ses créations.

    Il y a beaucoup d'étapes illustrées. Parfait pour la différenciation. Je cache les illustrations avec des post-it pour les élèves les plus à l'aise, je laisse pour les autres, ou je les retire seulement quand ça bloque.

      

    Lire pour jouer au savant fou

     

    Là, en général, si on a mal lu les instructions... ça ne fonctionne pas. C'est donc idéal pour travailler sur la précision de la lecture.

    Si on a bien lu et respecté les étapes, le résultat est "spectaculaire". Parfait pour la motivation.  

    Et puis il y a pas mal d’expériences où il faut se resservir des expériences précédentes. Parfait pour la recherche d'indice, le repérage dans la page etc.

    Enfin, si on cible bien les expériences à réaliser on peut travailler sur certaines compétences précises : la compréhension du vocabulaire spatial pour la création d'arc-en-ciel par exemple. Pour la créations de potions effervescentes, moussantes ou au bouillonnements colorés étranges... le respect de la succession des étapes dans le bon ordre est primordial...

     

    365 activités scientifiques - Minna Lacey - Editions Usborn

    La science en s'amusant, avec une expérience ou une activité par jour. Des expériences aux résultats souvent surprenants qui fascineront les enfants. De quoi susciter des vocations ! Avec des liens Internet pour approfondir chaque sujet. Construction de structures et étude des formes, principe de l'émulsion (avec réalisation de vinaigrette et de mayonnaise), étude de l'équilibre (à l'aide de papillons équilibristes) et bien d'autres choses encore.

     

    Situation vécue avec des élèves récemment :

    "Maîtresseuh, il faut du café pour cette expérience" "Ah mince, je n'en ai pas..." (Je les laisse mariner quelques instants, ça relit, ça gamberge) "Bah oui, c'est marqué mettre une cuillère DE café !" "Ah non, une cuillère A café... de bicarbonate"... Eh oui, c'est pas pareil !

    Lire pour faire des labyrinthes

     

     On a utilisé ce livre, qui se prête tout à fait à ce qu'on veut faire puisque qu'on y trouve un bon nombre de labyrinthes où il ne suffit pas bêtement de trouver son chemin... il faut également bien lire la consigne car il y a des subtilités. Par exemple :

    - "Marc va rencontrer douze amis sur le chemin du parc, mais il ne peut repasser deux fois au même endroit ni rouler sur l'herbe. Quel chemin doit-il emprunter ?" : c'est là qu'on voit l'importance de bien comprendre les mots de liaison : SUR le chemin du parc... il ne faut donc pas se précipiter au parc pour chercher les amis ensuite.

    - "Aide Paul à remonter dans sa grue. Il peut passer devant les montants verticaux, mais pas devant les murs en briques et les panneaux DANGER. Il ne peut monter et descendre qu'avec une échelle." On se rend compte que la compréhension de la négation est primordiale...

    Le très grand livre des labyrinthes - Kirsteen Robson , Phillip Clarke - Editions Usborn

    Cent labyrinthes différents aux illustrations modernes et colorées réinterprètent ce grand classique des jeux pour enfants. Avec en plus des énigmes à résoudre et des défis à relever tout au long du parcours.


    Pour éviter les photocopies, je laisse une feuille de rhodoïd dans le livre pour faire les tracés au feutre effaçable dessus.

     

     

    Lire pour faire de la magie

     

    Valisette Tours de cartes - Sam Taplin - Editions Usborn

    Je ne l'ai pas (encore ?) reçu, du coup difficile de vous en parler en détail... mais ça me parait être un bon choix. 2 paquets de cartes spéciaux et un livret d'explications. 

    Je cherchais quelque chose sans trop de bidouilles et d'artifices (Pas de lapins qui sortent des chapeaux quoi)... pas fastoche à trouver...

    Si vous avez d'autres propositions à me faire sur cette thématique, je prends !

    Je vais peut-être bien commander un de ceux là :

    Trop facile la magie - Claire Laurens - Soledad Bravi - Acte Sud

     

    Le grand livre de la magie - Joe Fullman - Gallimard Jeunesse

      (Edit : ça y est, j'ai investi dans celui-là. Il est parfait, vous pouvez y aller les yeux fermés !)

     

     

    Lire pour faire des Origami

     

       

     

    Aider les élèves qui ne trouvent pas d'intérêt à la lecture : Lire pour faire  Aider les élèves qui ne trouvent pas d'intérêt à la lecture : Lire pour faire

    Origamis et géométrie - MDI

     

    2 fichiers très bien faits de chez MDI. Pour travailler le vocabulaire spatial entre autre.

    Là pour le coup on peut faire, relire, refaire, défaire, refaire... à volonté !

    Ce qui est intéressant avec ce genre de support c'est que :

    - Les schémas seuls ne suffisent pas à comprendre.

    - Les textes seuls ne suffisent pas à comprendre.

    - Seule l'association et l'aller-retour entre les deux permet de s'en sortir.

     

    Utile aussi pour travailler la géométrie.

     

    Lire pour découvrir des illusions d'optique

     

    J'ai opté pour la boîte de fiches Usborn, ça permet de faire travailler un bon nombre d'élèves en même temps sans avoir à faire de photocopies. Et puis ce qui est vraiment chouette c'est que les fiches sont faites pour pouvoir être complétées avec un feutre effaçable... pour créer ses propres illusions !

    Le test est prévu pour bientôt...

     

    Ma boîte de fiches : Illusions d'optique - Sam Taplin - Editions Usborn

    Plus de 30 illusions d’optique étonnantes à découvrir sur ces fiches présentées dans une jolie boîte métallique.
    Des images surprenantes à tester autour de soi. À ne pas en croire ses yeux !
    Des explications fascinantes sur le fonctionnement de ces trompe-l’œil.

     

    Mettre en évidence les stratégies à utiliser

     

    Au fur et à mesure du travail effectué, on fait des pauses "métacognition" : On réfléchit à ce qui a pu nous induire en erreur, "Qu'est-ce qui t'as fait penser que..." "Comment as-tu fait pour te débloquer ?" "Que tu en étais là, qu'as-tu fait ? Aurais-tu pu faire autrement ?" etc.

    Lors des premières séances je pose beaucoup de questions, je fais même parfois les réponses. Mais au fur et à mesure ils s'habituent à ce fonctionnement et parviennent même à faire cette réflexion seuls, face à leur travail. (Oui, oui, je les entend marmonner ;) )

    Toutes les stratégies découvertes ensemble au hasard des difficultés rencontrées sont notées sur des étiquettes en bristole. On choisit ensemble les mots, les couleurs, les schémas...

    Aider les élèves qui ne trouvent pas d'intérêt à la lecture : Lire pour faire

    Au dos de chaque carte, je note, pour moi, le contexte dans lequel la stratégie a été découverte, ça me permet d'en reparler si besoin quand on se remémore les stratégies en début de séance par exemple.

    Aider les élèves qui ne trouvent pas d'intérêt à la lecture : Lire pour faire

    En complément (ou à la place), je leur fait parfois remplir eux-même des fiches "stratégies". Ils peuvent employer leurs propres mots, couleurs, dessins, moyens mnémotechniques... et puis je trouve que le passage par le geste d'écriture facilite l'appropriation des stratégies. 

    Aider les élèves qui ne trouvent pas d'intérêt à la lecture : Lire pour faire

    Télécharger « Maîtresseuh - Fiche stratégie.pdf »

     

    On reprends généralement ces fiches en début de séance, on se rappelle de nos erreurs, on en rigole (Tu te rappelles la fois ou notre "potion" a débordé partout sur la table parce qu'on avait mis trop de vinaigre ?")

    Les stratégies sont vite mémorisées et surtout réutilisées.

    Enfin, je fais une pochette à chaque élève (A3 plié en deux) dans laquelle ils glissent, dans l'ordre chronologique, une page de présentation pour les parents, les documents utilisés et les fiches stratégies. Certains refont les expériences (ou recettes, origami etc.) chez eux. Quand le projet est terminé j'agrafe pour en faire un livret. 

    Aider les élèves qui ne trouvent pas d'intérêt à la lecture : Lire pour faire

    Télécharger « Maîtresseuh - Pochette A3 Lire pour faire.pdf »

     

    Comment l'idée m'est-elle venue ?

     

    En feuilletant Lecture Action de chez Accès editions. 

      Aider les élèves qui ne trouvent pas d'intérêt à la lecture : Lire pour faire

    Mais...

    - Il n'est plus édité

    - Il s'adresse à des élèves plus grands que les miens

    - Et surtout les fiches, bien que variées (notice de montage d'une étagère, recette de cuisine, règle d'un jeu de société, horaires de la SNCF...) ne permettent que trop peu souvent de passer à l'application pratique.  (On n'a ni l'étagère ni le jeu en question sous la main, on ne va pas prendre le train...).

    - Enfin, ces fiches sont bien tristounettes.

    Du coup si on veut vraiment susciter la motivation chez les élèves, d'autres supports sont, il me semble plus adaptés. Mais on peut garder Lecture Action sous le coude pour l'étape suivante... intermédiaire avant de passer à du plus scolaire encore. On le trouve parfois d'occasion sur Amazon ou Priceminister (7€ de reduc sur votre première commande en passant par ce lien)

     

    Même principe dans Lectures pratiques cycle 3 aux éditions Buissonières :

      Aider les élèves qui ne trouvent pas d'intérêt à la lecture : Lire pour faire

     

    Vous avez d'autres propositions ?

    Pin It

    24 commentaires
  • Mon fils écrit gros et lentement... et il déteste écrire ! On a cherché des solutions ensemble et on a trouvé le Brain Gym. Alors on partage ! (Surtout qu'on n'a pas trouvé grand chose à ce sujet sur internet)

    Ça nous permet de travailler la fluidité d'écriture, l’automatisation du geste, le sens d'écriture, la mobilité des doigts, la discrimination des lettres proches, la continuité du tracé et tout un tas d'autres choses !

     

    Aider les enfants à mieux écrire : Le huit couché de l'alphabet (Brain Gym - Kinésiologie)

     

    Le Brain Gym qu'est-ce que c'est ?

    C'est un ensemble de mouvements qui aident  à l’apprentissage, à l’organisation et à la concentration.

     

    Comment ça marche ?
           
    Le cerveau comporte deux hémisphères, le droit et le gauche, réunis par un amas de fibres nerveuses: le corps calleux.

    Par des mouvements ciblés, le Brain Gym permet aux deux hémisphères cérébraux de travailler simultanément, pour améliorer sa capacité d’apprendre. Ils libèrent des blocages, stimulent et améliorent les fonctions cérébrales et le sens de la perception.       

     

    C'est bien sérieux ton truc ?

    Certains pensent que oui, d'autres que non... pensez ce que vous voulez.

    Mais peu importe parce que là, on va s'en servir pour aider les élèves qui rencontrent des difficultés en écriture et que la gestuelle leur apportera forcément quelque chose (je vous explique tout ça plus bas)

     

    Pour s'approprier le mouvement

    Aider les enfants à mieux écrire : Le huit couché de l'alphabet (Brain Gym - Kinésiologie)

    L'enfant trace un huit couché (signe de l'infini) en l'air, en partant du centre, en direction de sa gauche (très important pour le sens de l'écriture par la suite)

    - D'abord avec le pouce gauche

    - Puis le droit

    - Puis avec les deux mains jointes, pouces croisés

    Et, très important :  toujours en suivant du regard son pouce et ses mains. (On travaille notamment l'attention visuelle, et la motricité oculaire... qui seront utiles pour la lecture également. Faites le test : lisez quelques lignes de n'importe quel texte. Faites cet exercice puis relisez les mêmes lignes. Nos yeux semblent balayer le texte de manière bien plus efficace et rapide.)

    Dans la vidéo, pour le pouce gauche, c'est raté : l'attrait de la caméra a fait que les yeux étaient ailleurs !

    Pour les enfants qui ont du mal à intégrer le mouvement au départ, on peut tracer le huit couché sur un tableau, placer l'enfant à quelques mètres de celui-ci et lui demander de superposer son pouce au milieu du huit du tableau (on vise !) et de le déplacer en suivant la ligne. On suit toujours son pouce du regard.

    On peut ensuite faire le même tracé sur un plan :

    - Vertical (tableau ou grande feuille au mur)

    - Puis horizontal (dans un bac de sable posé sur une table, sur une feuille...) : D'abord en grand (on explique bien à l'enfant que là c'est le bras qui se déplace parce qu'on le fait en grand mais que quand on écrit pour de vrai, le bras ne bouge pas), puis en petit (Main et bras bien posés sur le support, c'est les doigts qui travaillent.) C'est l'occasion pour l'enfant de bien voir ses doigts bouger, de le ressentir, pour ensuite l'appliquer à l'écriture. (C'est le principe des yoyos et des gribouillons dont j'ai parlé dans un précédent article)

     

    On l'applique aux lettres de l'alphabet

    C'est ce qu'on appelle le huit de l'alphabet.

    On va inscrire chaque lettre de l'alphabet dans le huit couché. 

    Les lettres de type alpha, comme le a, s'inscrivent dans la partie gauche du huit (c'est les lettres rondes, en vert sur mon affiche). Les lettres de type beta, comme le b, s'inscrivent dans la partie droite. 

    Aider les enfants à mieux écrire : Le huit couché de l'alphabet (Brain Gym - Kinésiologie)

    Télécharger « Affiche Le huit de l'alphabet.pdf »

     

    On les trace d'abord en l'air, on passe par le corps, ça aide à s'approprier les tracés et à les encrer dans notre mémoire kinesthésique. Et puis, ça aide les élève réfractaires à l'écriture à entrer dans l’activité (ça ne ressemble pas vraiment à de l'écriture, n'est-ce pas ? ;) )

    On accentue bien les tracés (la grande descente verticale de la canne du a par exemple), on les verbalise (je monte, je tourne vers la gauche, et je descends !), et on fait un sorte que les lettres soient bien tracées d'un seul geste (sauf bien sûr pour celles qui ont une barre ou un point à rajouter).

    On peut aussi le faire les yeux fermés, pour favoriser la création d'images mentales des lettres.

    Si on a passé assez de temps à faire des huit couchés avant, le sens des lettres vient tout seul. Pour les enfants qui tournent les lettres rondes à l'envers par exemple, c'est super.

     

    On passe ensuite au plan vertical, sur un tableau par exemple.

    Aider les enfants à mieux écrire : Le huit couché de l'alphabet (Brain Gym - Kinésiologie)

    On reprécise bien que là, c'est spécial, on écrit sur un tableau donc on ne pose pas sa main et les doigts ne bougent pas...

    On laisse l'enfant faire autant de huit qu'il le souhaite avant de se lancer dans la lettre...certains ont besoin de plus de tours de préparation que d'autres. Et puis le même enfant peut faire plus de tours sur les lettres qui lui posent problème (bon indicateur  observer).

    Même si on n'est encore qu'à l'échelle de la lettre, le tracé des huit permet déjà de comprendre le mouvement cursif, continu, qui s'arrête le moins souvent possible. 

     

    On peut ensuite passer sur un plan horizontal, par exemple tout l'alphabet sur un seul grand huit, sur une grande feuille au fusain. Pour une entrée multisensorielle c'est parfait, le fusain crisse bien sur le papier : on associe le geste, l'aspect visuel et le son. Choisir de préférence des fusains tendres qui marquent facilement.

    Aider les enfants à mieux écrire : Le huit couché de l'alphabet (Brain Gym - Kinésiologie)

    Et là encore, les petits artistes réfractaires à l'écriture seront curieux d'essayer.

     

    Et puis on passer au papier, plus classique, en grand...

    On peut en profiter pour trier les lettres dans un grand huit couché.

    Aider les enfants à mieux écrire : Le huit couché de l'alphabet (Brain Gym - Kinésiologie)

    Les lettres de type alpha dans la partie de gauche, les lettres de type beta dans la partie de droite.  (Mon petit cobaye a souhaité mettre les lettres qui ont un trait vertical descendant au milieu, je l'ai laissé faire, j'ai trouvé ça assez logique en fait)

    Aider les enfants à mieux écrire : Le huit couché de l'alphabet (Brain Gym - Kinésiologie)

     

    Télécharger « Affiche Le huit de l'alphabet tri.pdf »

     

    Cette étape permet à certains enfants de ne plus confondre le b et le d par exemple, si on prend soin de refaire l'exercice en traçant les lettres en script... ils ne sont pas dans le même partie du 8. Et puis le fait de passer par la gestuelle permet de contourner le visuel qui est source de confusions. Il en va de même pour d'autres lettres (p et q...)

    Aider les enfants à mieux écrire : Le huit couché de l'alphabet (Brain Gym - Kinésiologie)

     Un article touchant à ce sujet sur le site Neuro Gym Tonik

     

    On peut ensuite passer en petit, un huit pour chaque lettre (ou pas...) en prenant soin de bien poser sa main et de faire en sorte que ce soit les doigts qui guident le mouvement.

     

    Voilà. Ce sont les idées que nous avons eues, mais soyez inventifs et créatifs !

     

     

    Pour aller plus loin

    Pour comprendre le principe et construire mes séances, je me suis beaucoup aidée du livre "Brain Gym, le mouvement, clé de l'apprentissage", écrit par le créateur du Brain Gym : Paul DENNISON. (Merci les éditions Le Souffle d'Or !) Il est très complet, pas trop cher, avec plein d'infos concrètes sur les exercices à mener, pourquoi, pour qui, dans quel but... un bon déclencheur pour débuter. (Plus d'infos en cliquant là-dessous)

    Brain Gym, le mouvement, clé de l'apprentissage, Paul et Gail DENNISON

     

    J'ai aussi à la maison "Kinésiologie pour enfants" du même auteur, depuis assez longtemps, mais il ne m'avait pas permis de me lancer, pas assez d'explications... mais pas mal comme mémo quand on a déjà des bases (ou pour les illustrations qui sont super pour faire des affiches ou des cartes pour la classe)

     

    Enfin, celui-ci m'intrigue et m'attire beaucoup... mais un peu cher. Si quelqu'un l'a et/ou le connait, votre avis m'intéresse !

    Le plaisir d'apprendre en mouvement avec le Brain Gym -  Véronique Geens et Muriel Albert

     

    Et puis, j'ai pas mal navigué d'un site ou d'une vidéo à l'autre sur internet... essentiellement des sources anglophones, peu de choses en français...et puis beaucoup en script. J'ai fait le choix de la cursive parce que c'est l'écriture qu'on enseigne dans les écoles françaises. Le débat reste ouvert sur la question.

    Ce site français est intéressant, même si peu de choses sur le huit de l'alphabet : Le petit Brain Gym illustré

     

    Pour info, j'avais déjà rapidement parlé du Brain Gym à propos des tables de multiplication. Et oui, ce cher huit couché sert AUSSI à ça !

    Aider les enfants à mieux écrire : Le huit couché de l'alphabet (Brain Gym - Kinésiologie)

     

    Et pour trouver d'autres pistes pour aider les élèves qui rencontrent des difficultés en écriture c'est dans cet article :

    Aider les enfants à mieux écrire : Le huit couché de l'alphabet (Brain Gym - Kinésiologie)

     

    Je vous laisse inventer d'autres exercices, d'autres alternatives... et nous en faire part dans les commentaires !

    Pin It

    9 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires